Allergies de bébé : savoir les identifier pour les traiter

Allergies de bébé : savoir les identifier pour les traiter


Vomissements, réactions cutanées, diarrhées… Votre enfant a ces symptômes et vous ne savez pas d’où cela peut provenir ? Et si votre bébé faisait une allergie ? Eczéma, urticaire, allergies respiratoires ou alimentaires, nos petits bouts de chou’ ne sont pas épargnés.

Comment les identifier et les traiter ? On fait le point sur les allergies de bébé qui inquiètent.


Au sommaire :

1/ Quand les allergies de bébé inquiètent

2 / Éruptions cutanées

3 / Allergies alimentaires

4 / Allergies respiratoires


1 / Quand les allergies de bébé inquiètent

Les allergies touchent aujourd’hui un Français sur trois et environ 8 % des enfants. Loin d’être une consolation de savoir que vous n’êtes pas les seuls parents à devoir gérer l’allergie de votre enfant, il est tout de même intéressant de constater que ces chiffres sont en hausse.


Les causes semblent inconnues même si la pollution est grandement pointée du doigt, car elle favoriserait le développement des allergies. La propreté des maisons est également mise en cause (un comble !) puisque cela empêcherait le système immunitaire de nos enfants à apprendre à combattre les microbes…
Enfin, l’hérédité reste également une piste : un enfant ayant un parent allergique a, semble-t-il, plus de risque de déclarer lui-même une allergie (pas nécessairement la même).


Pour comprendre un peu ce dont il est question, il est important de définir ce qu’est une allergie (qui n’est pas la même chose qu’une intolérance). Les allergies sont la conséquence du système immunitaire qui réagit anormalement et excessivement à une substance habituellement inoffensive. Cette dernière est ce que l’on appelle l’allergène. Cela peut être du pollen, les acariens, ou tout simplement un aliment.

Le corps produit alors des anticorps pour combattre cet allergène lorsqu’il entre en contact avec lui pour la première fois. C’est ce que l’on appelle la sensibilisation. La seconde fois, le corps va libérer des substances (notamment l’histamine), c’est ce que l’on appelle une réaction allergique. Si votre corps réagit à la première rencontre de l’allergène, il s’agit alors d’une réaction allergique aiguë (ou immédiate).


Ces réactions peuvent être impressionnantes et c’est ce qui inquiète. Si certaines ne vont avoir pour effet qu’un nez qui coule ou des yeux qui grattent, d’autres provoquent des difficultés à respirer ou se généralisent sur tout le corps. Si cela vous arrive, appelez immédiatement le SAMU en composant le 15 (ou le 112 si vous vous trouvez à l’étranger, dans un pays membre de l’UE).

Certaines réactions allergiques provoquent des symptômes chez le bébé à retardement, c’est le cas pour certaines allergies alimentaires qui déclenchent des vomissements, de l’eczéma ou des diarrhées par exemple.


Pour vous aider à identifier les allergies de bébé, voici les différentes formes auxquelles vous pourriez être confrontés.


2 / Éruptions cutanées


L’eczéma

L’eczéma est une dermatite atopique chronique qui est caractérisé par des poussées, entrecoupées d’épisodes d’accalmie. Il est alors nécessaire de suivre des mesures d’hygiène strictes au quotidien pour prévenir ces épisodes et augmenter l’efficacité du traitement.

L’eczéma atopique apparaît souvent avant l’âge de 2 ans et est souvent de nature génétique.

L’eczéma de bébé provoque des démangeaisons et est facilement identifiable par le médecin : la peau est sèche, irritée, rouge et craquelée (il arrive aussi parfois que les plaques saignent). Ces plaques se situent souvent chez les bébés sur les mains, le visage, le coude, le cou, l’intérieur des genoux.


Cette maladie cutanée est la conséquence du fait que la barrière de la peau ne fonctionne pas correctement. La peau est plus sèche et s’infecte plus facilement.

Il faut alors veiller à ce qui touche la peau de bébé. Les poussées d’eczéma peuvent subvenir à cause d’irritations provoquées par des détergents présents dans le savon de bébé, son shampoing ou encore la lessive ou l’assouplissant que vous utilisez.

Le traitement de l’eczéma dépend de sa gravité : étendue des plaques. Une simple lotion peut suffire si votre bébé présente un léger eczéma. Dans tous les cas, c’est votre médecin qui vous indiquera le traitement le plus adapté pour soigner son eczéma.

Le plus dur est d’éviter que bébé se gratte, car à cet âge il est parfois bien difficile de les en empêcher. Il faut néanmoins bien surveiller ce point pour éviter que les plaques d’eczéma de votre nourrisson s’irritent et créent une surinfection appelée impétigo.

Si votre enfant souffre d’eczéma atopique, consultez immédiatement un médecin si vous constatez : une modification de l’aspect des lésions cutanées, de la fièvre avec un changement de comportement notoire chez votre enfant, une absence de prise de poids, de nouveaux symptômes tels que de l’asthme ou s’il développe une maladie infantile comme la varicelle.


L’urticaire

L’urticaire est également une maladie de peau qui provoque des plaques rouges en relief, et des démangeaisons. Les crises sont assez courtes et isolées, mais il est également possible de développer une urticaire chronique.

Les plaques sont reconnaissables par leur forme arrondie, bien limitées et en relief. Elles changent généralement de place et disparaissent au bout de 48 h.

Lorsque l’urticaire est plus importante, elle s’étend en profondeur pour toucher les muqueuses. Cette forme d’urticaire se loge souvent sur les paupières et les lèvres et provoque des gonflements sur ces zones. L’urticaire peut alors être dangereuse si elle atteint la gorge et provoque des difficultés au niveau respiratoire. C’est ce que l’on appelle l’œdème de Quincke ou angio-œdème.

L’urticaire peut être provoquée par une substance (les médicaments comme des antibiotiques ou certains aliments) ou par contact (les plantes, les produits ménagers, etc.).


Le médecin prescrira le traitement adapté en fonction de la forme et de la cause de l’urticaire. Si les plaques évoluent et/ou s’étendent, que votre bébé présente de l’asthme, que les plaques persistent même après traitement, etc., consultez votre médecin. Il y a un caractère d’urgence si les plaques s’épaississent, que les muqueuses (lèvres, langues, etc.) gonflent, que le bébé présente des difficultés à respirer ou si votre enfant perd connaissance. Il faut alors composer le 15 en urgence.


3 / Allergies alimentaires

Les allergies alimentaires sont souvent celles qui font le plus peur, car l’organisme réagit souvent brutalement. Dès la naissance, les allergies alimentaires peuvent provoquer des symptômes cutanés, digestifs ou respiratoires. L’allergie alimentaire touche environ 6 % des enfants.


Chez l’enfant, les allergènes les plus répandus sont :

  • L’arachide ;
  • L’œuf ;
  • Les protéines du lait de vache ;
  • Le poisson ;
  • Les fruits à coque ;
  • Le gluten ;
  • La moutarde.


Les symptômes d’une allergie alimentaire chez l’enfant sont variés puisqu’il peut présenter de l’asthme, un urticaire, une rhinite, des poussées d’eczéma atopique ou encore des troubles digestifs (constipation, vomissements, diarrhées, etc.). Si l’allergie alimentaire est importante, des symptômes plus graves peuvent apparaître : œdème de Quincke, crise d’asthme importante ou encore un choc anaphylactique. Il faut immédiatement appeler le 15 en cas d’apparition d’un de ces 3 symptômes.

Notez également que l’allergie alimentaire évolue et que votre enfant peut ne pas être allergique à un aliment toute sa vie. C’est le cas notamment pour le lait de vache. Dans 80 % des cas, cette allergie disparaît vers l’âge de deux ans.


4 / Allergies respiratoires

L’allergie respiratoire la plus fréquente chez les enfants est l’asthme du nourrisson.

Chez les bébés, l’asthme est diagnostiqué lorsqu’il a fait au moins trois crises pendant lesquelles il a eu du mal à respirer avec des sifflements. L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui est due à une inflammation des bronches.

Cette maladie est appelée “asthme du nourrisson” jusqu’aux 3 ans de l’enfant. Elle survient souvent en cas de prématurité ou d’antécédents familiaux d’allergie.


Ces crises entraînent des difficultés à respirer qui sont dues à des infections ou des allergènes. C’est la contraction des muscles entourant les bronches, ou une irritation des muqueuses bronchiques qui les provoquent. En général ces crises (épisodes aigus) surviennent en alternance avec des périodes pendant lesquelles l’enfant ne présente aucun symptôme.

La crise d’asthme brutale survient généralement la nuit. L’enfant présente alors des difficultés respiratoires avec une toux sèche et une respiration rapide avec sifflements. L’enfant peut également devenir pâle et avoir les lèvres et les doigts qui deviennent bleus. Enfin, il peut également avoir des difficultés pour manger et boire, ainsi que déclencher une très grande fatigue.

Tout comme pour les allergies alimentaires, ces crises peuvent être impressionnantes. Devant l’un de ces symptômes, il faut immédiatement consulter un médecin.

Après consultation, le médecin peut décider de faire une enquête allergologique si les symptômes persistent malgré le traitement et que l’enfant fait face à un asthme persistant et/ou sévère.


Chez le nourrisson asthmatique, ces crises sont souvent favorisées par des infections virales respiratoires, les émotions (rire, excitation, etc.), la pollution, les maladies ORL comme l’otite ou la rhinopharyngite, mais aussi des allergènes respiratoires comme les acariens ou les poils d’animaux.
Il est donc important de se prémunir au maximum et de s'équiper de matelas bénéficiant d'un traitement spécifique anti-acariens, antibactérien et anti-moisissures (matelas Climatisé, matelas Latex, matelas Mémoire de forme)  et de protège-matelas anti-acariens.

Pour lutter contre les acariens dans la chambre de bébé, nous vous conseillons de lire notre dossier complet sur le sujet qui vous permettra de traiter au mieux la literie de votre enfant. Pour les poils d’animaux, évitez au maximum que votre enfant entre en contact avec eux.

 

Il n’est parfois pas facile d’identifier l’allergie de votre enfant. Lorsque vous connaissez la cause, tenez au maximum votre bébé à l’écart de cet allergène. En fonction des allergies cela n’est pas toujours évident, mais votre médecin saura vous conseiller au mieux sur la marche à suivre.

Partager l'article'

Commenter l'article

Nom *
E-mail *
Commentaire *
Clé de sécurité (captcha) *