Comment préparer son enfant à l’arrivée de bébé ? 10 conseils de parents

Comment préparer son enfant à l’arrivée de bébé ? 10 conseils de parents


La grande nouvelle vous emplit de joie, vous allez à nouveau être parent ! La famille va s’agrandir, et une nouvelle aventure commence avec l’arrivée de ce deuxième enfant.
Mais, comment annoncer ce changement dans votre vie à votre aîné ? Va-t-il accueillir ce bébé les bras ouverts ? Ou au contraire, être jaloux de ne plus avoir ses parents pour lui seul ?
Bien avant l’arrivée du petit frère ou de la petite sœur, votre premier enfant va sentir que son rôle dans la famille change. Avec cela, son comportement va évoluer et vous devrez l’accompagner dans cette nouvelle étape pour qu’il s’adapte.
Pour vous y aider, on vous dévoile 10 conseils pour préparer son enfant à l’arrivée d’un bébé.


Au sommaire :

1 / Comment préparer son enfant à l’arrivée de bébé pendant la grossesse ?

2 / Quelques conseils à suivre pour son aîné après la naissance de bébé


Comment préparer son enfant à l’arrivée de bébé pendant la grossesse ?

C’est souvent au début du 2ème trimestre de grossesse que l’on fait part à notre entourage de cet heureux événement qui se prépare, quand on est sûr que le bébé va bien. Selon les personnes à qui vous vous adressez, vous ne l’annoncerez pas de la même façon. Pour votre aîné, cette annonce devra être soignée, car ce concept de la venue d’un bébé est totalement abstrait pour lui. Si certains préfèrent attendre que le ventre de la maman s’arrondisse pour en parler au futur grand frère ou grande sœur, rien ne vous y oblige cependant.

Au contraire, partager votre joie en début de grossesse et laisser le temps à votre aîné de se préparer aux changements qui l’attendent est primordial. Tout comme il vous aura fallu 9 mois pour vous faire à l’idée de devenir parent pour la première fois, votre enfant aura aussi besoin de temps pour se préparer à cette nouvelle vie.


Soigner l’annonce, mais sans en faire trop

Il n’y a pas de meilleur moment pour annoncer sa grossesse à son enfant, si ce n’est qu’il vaut mieux qu’il l’apprenne par vous que par une tierce personne. Les enfants ressentent les choses, il est important d’éviter les chuchotements ou autres cachotteries. Ainsi, s’il commence à se poser des questions avant que vous ne lui en ayez parlé, il est préférable de ne pas lui mentir pour ne pas qu’il se sente trahi ensuite. Sinon, vous pouvez par exemple attendre la première échographie pour lui en parler, ce sera certainement plus concret plus lui.


Pour l’annonce, choisissez un moment calme, où vous êtes tous réunis : papa, maman et l’enfant. Utilisez des mots simples et évitez des formulations trop « poétiques ». Par exemple « papa et maman ont fait un bébé » est une formulation bien adaptée pour les plus petits. Vous pourrez ensuite continuer avec « tu vas bientôt avoir un petit frère ou une petite sœur ». Précisez ensuite que la naissance n’est pas prévue pour tout de suite. Comme il est souvent difficile pour les enfants de gérer la notion du temps, donnez-lui un repère tel que « un peu après Noël » ou « juste avant que tu entres chez les moyens à la maternelle ».


Une fois l’annonce faite, laissez-le réagir et répondez à ses questions s’il en a. Tenez-vous-en là, et n’en reparlez que si cela vous semble nécessaire. Il est possible que votre enfant commence à vous questionner plusieurs jours après l’annonce. Prenez le temps de répondre à ses inquiétudes, toujours avec des mots simples.


Impliquer l’enfant dans la grossesse, mais à petites doses

De préférence, évitez de l’impliquer dans tous les détails médicaux liés à votre grossesse. Cela peut être effrayant pour un jeune enfant. Préférez lui demander de chanter une chanson à bébé, ou de lui faire une caresse en touchant votre ventre par exemple. S’il montre un désintérêt pour ce futur bébé, ou qu’il n’a pas envie, ne le forcez pas.


Plutôt que de l’emmener avec vous pour l’échographie (qui reste un examen médical et non un spectacle), racontez-lui comment vous avez vécu votre grossesse quand vous le portiez dans votre ventre. Vous pouvez par exemple ressortir le linge de bébé et lui expliquer que c’est lui qui le portait avant de grandir. Cela peut être une belle occasion de lui expliquer certaines choses à venir après la grossesse, ou répondre à ses questions. Ou alors, lisez-lui des ouvrages pour lui expliquer ce qui se passe dans votre ventre. Les livres sont toujours d’excellents supports avec des mots adaptés à tous les âges.


Vous pouvez également faire participer votre aîné aux préparatifs de l’arrivée du nouveau-né. Par exemple, proposez-lui de choisir une décoration pour la nouvelle chambre de bébé, ou encore une petite tenue pour son frère ou sa sœur qui arrive.


Expliquer à son aîné ce qu’est un bébé

Il y a de fortes chances pour que votre aîné pense qu’à la naissance son petit frère ou sa petite sœur sera un enfant comme lui. Si en théorie cela est vrai, en pratique cela l’est beaucoup moins. En effet, à part dormir, manger et pleurer, un nourrisson ne fait pas grand-chose d’autre durant ses premières semaines de vie. Si votre enfant pense déjà à jouer aux petites voitures avec lui, il risque d’être déçu !


L’une des choses à laquelle ne s’attend pas votre aîné non plus, c’est que ce petit bébé à naître va vous accaparer pendant les premiers mois. Là encore, il est important de prendre le temps de lui expliquer à quoi ressemble une vie de famille avec un bébé. À quoi ressemblera votre rythme à la maison ? Pourquoi devrez-vous le nourrir ou vous en occuper en permanence ? Pourquoi un nourrisson pleure-t-il souvent ? Pourquoi allez-vous le nourrir au sein avec ce drôle de coussin qui n’est autre que votre coussin d’allaitement ? C’est une véritable découverte pour un enfant, il est donc important qu’il sache à quoi s’attendre pour mieux vivre le moment.


Pour lui expliquer, tournez-vous une nouvelle fois vers les livres ou regardez des photos de lui petit en lui expliquant comment vous vous occupiez de lui. Vous pouvez aussi rendre visite à quelqu’un qui vient d’avoir un bébé. Votre enfant pourra ainsi s’habituer à la taille d’un nouveau-né et au bruit qu’il peut faire quand il pleure. Si vous avez des vidéos de votre aîné quand il était bébé, c’est également une excellente occasion de lui montrer.


Écouter et rassurer son enfant

L’annonce de votre grossesse peut être un électrochoc pour votre enfant. Des changements vont s’opérer et il va perdre peu à peu la place qu’il tenait jusqu’à présent dans la famille. Le temps que vous passerez à vous occuper de bébé ne fera qu’accentuer les choses. C’est pourquoi il est important de la rassurer bien avant votre accouchement.

Expliquez-lui que le cœur d’une maman ou d’un papa ne se divise pas, il se multiplie. Vous l’aimerez toujours autant et de la même façon, après l’arrivée de bébé. Votre enfant a besoin d’entendre ces mots de réconfort encore et encore, car c’est certainement ce sur quoi il sera le plus inquiet : partager ses parents, mais aussi son environnement. N’oubliez pas que jusque-là, il était seul. Vivre à plusieurs et partager s’apprend.


Il est fort probable qu’une sorte de jalousie se développe. C’est une phase normale et constructive qu’il faut accompagner et non rejeter ou nier. Votre aîné en sortira grandi.

Il est également important que votre aîné sente qu’il est une source de bonheur pour vous, tout comme ce petit bébé qui se prépare à arriver. N’hésitez pas à lui dire, et lui faire ressentir. Il aura également besoin de se sentir important. Vous pouvez ainsi lui expliquer le rôle essentiel qu’il va jouer en tant que grand frère ou grande sœur, et le lien privilégié qui l’unit déjà au bébé.


Également, expliquez-lui que même s’il sera le « grand », il reste un enfant. Ce nouveau statut peut le valoriser, tout comme il peut lui faire perdre ses repères. Dites-lui qu’il pourra apprendre des choses au bébé, mais sans lui mettre des responsabilités sur ses petites épaules. Ce sera selon ses envies, sans obligation, car il reste un enfant avant tout.


Accompagner ses émotions

Vous allez très certainement vivre les montagnes russes des émotions avec votre aîné. Tantôt joie et impatience, tantôt jalousie ou angoisse. Ces qu’il ressentira sera parfois contradictoire, c’est tout à fait naturel pour un enfant.

Accompagnez son émotion sur le moment en lui disant que vous comprenez et encouragez-le à mettre des mots dessus (s’il est en âge). Rassurez-le au maximum et entourez-le de votre amour, il en aura besoin.


Quelques conseils à suivre pour son aîné après la naissance de bébé


Offrir un petit cadeau à son aîné pour la naissance

L’idée ne fait pas l’unanimité au motif que l’aîné doit comprendre que c’est « chacun son tour » ou encore qu’il ne faut pas tenter « d’acheter » son enfant pour ne pas qu’il soit jaloux. En réalité, l’idée ici n’est pas de calmer une quelconque jalousie, mais plutôt de fêter un événement : celui pour votre aîné de devenir grand frère (ou grande sœur).

Ce petit cadeau de naissance n’est autre que la célébration de la fratrie. C’est un échange bienveillant. Le petit cadeau peut être offert par les parents ou de la part du bébé, pour marquer cette belle complicité qui commence.


Autant que possible, éviter une séparation à l’accouchement

Dans l’idéal, il est préférable que l’aîné reste à la maison avec son papa après l’accouchement. Être dans son cadre habituel lui évitera des angoisses et de se sentir exclu de l’événement qui vient d’avoir lieu.

Même s’il est présent quelques heures à la maternité pour rendre visite à sa maman et au bébé, votre aîné sera ravi de partager un temps privilégié le soir avec son papa. De plus, il pourra à nouveau poser toutes les questions sur ce qu’il a vu dans la journée, et aura des réponses venant d’un de ses parents.

Si cela n’est pas possible, veillez à bien lui expliquer ce qu’il se passe, combien de temps durera l’absence et que font ses parents (même chacun de leur côté) lorsqu’ils ne sont pas là.


Accepter sa déception à la naissance

Il se peut que votre enfant soit déçu à la naissance. Pour X raisons, il ne « s’attendait pas à ça », ou ne « trouve pas ça drôle » et est déçu. Accueillez son émotion avec bienveillance et laissez-le pleinement exprimer sa déception.

Cette émotion n’est pas un rejet. Il n’est pas question ici de l’amour qu’il peut porter à son frère ou à sa sœur. C’est plutôt une surprise ou un désenchantement de l’idée qu’il s’était fait de cette naissance ou de ce à quoi ressemblerait le bébé. S’il pensait pouvoir jouer avec lui dès le premier jour, sa déception est compréhensible !


Le laisser régresser un temps

À la naissance d’un nouveau-né, il y a toujours un moment où l’aîné régresse. C’est principalement le fait de vouloir « faire comme bébé » qui provoque ce comportement, car tout le monde s’en occupe. En régressant, l’aîné espère reprendre la place qu’il tenait jusqu’à alors.

L’amour qu’il porte à son petit frère ou sa petite sœur est également un facteur qui induit cette régression. Il l’aime et veut faire comme lui.

C’est donc courant de voir son enfant redemander le biberon ou faire pipi au lit.


Il est important de ne pas interdire, mais de verbaliser ce changement de comportement. Acceptez qu’il joue à faire le bébé, mais dans une certaine mesure. Ne vous inquiétez pas, cela passera tout seul lorsque votre enfant comprendra qu’il est bien plus drôle de jouer au grand qu’au bébé.

Il prendra alors naturellement sa place au sein de la fratrie, après un certain temps d’adaptation. Si en revanche le comportement perdure, n’hésitez pas à en faire part à votre pédiatre.


Consolidez vos liens avec votre aîné

Lorsque bébé commencera à grandir, vous devrez à nouveau faire face à une étape importante. Vers l’âge de 12 mois à 2 ans, le cadet va commencer à s’imposer et prendre un peu plus de place. Ce dernier ira prendre les jouets du grand, criera pour se faire comprendre, etc. Il fera tout pour, lui aussi, prendre sa place auprès de ses parents. C’est souvent le moment où la jalousie apparaît dans la fratrie.


Dans la mesure du possible, gardez des temps de qualité avec votre aîné : une lecture, un jeu de société, etc. Ces temps privilégiés lui feront sentir à quel point il est, et restera, unique pour vous. Tout comme son frère ou sa sœur l’est.

 

La famille est une entité où chacun doit trouver sa place. Préserver des moments de qualité avec chaque membre de la famille est important pour consolider les liens qui vous unissent. Tout au long de la grossesse et pendant des années ensuite, renforcez ces liens parents-enfants et entre enfants. Il y aura des moments de doutes, de jalousie ou de régression, mais chacun ressortira grandi de ces différentes étapes de la vie.


Partager l'article'

Commenter l'article

Nom *
E-mail *
Commentaire *
Clé de sécurité (captcha) *

2 produits sur ce thème

à partir de 48,99 €