Comment soulager les coliques du nourrisson ? Nos astuces

Comment soulager les coliques du nourrisson ? Nos astuces


La journée se passe bien, puis votre enfant se met à pleurer sans raison apparente. Les cris durent un peu, mais bébé finit par s’apaiser. Quelques instants plus tard, la crise de larmes reprend et il vous est difficile de le calmer. S’agit-il de ce dont tout le monde parle : les coliques du nourrisson ?

En effet, elles sont fréquentes chez les bébés et touchent environ 20 % d’entre eux. Est-ce le cas pour le vôtre ? Si ce n’est pas une maladie en soi, comment peut-on soigner notre enfant de ces maux qui semblent le faire souffrir ? On vous donne toutes les astuces pour soulager les coliques du nourrisson.


Au sommaire :

1 / De quoi parle-t-on exactement ?

2 / Qu’est-ce qui provoque ces coliques ?

4 / Comment soulager les coliques du nourrisson ?

5 / Faut-il consulter un médecin ?


De quoi parle-t-on exactement ?

Les coliques ne sont pas une maladie. C’est plutôt un comportement global de l’enfant qui amène à parler de coliques du nourrisson. En effet, les coliques sont caractérisées par des pleurs intenses et réguliers chez un bébé. Ces crises se manifestent au moins 3 heures par jour, sur environ 3 jours par semaine, pendant plus d’une semaine. Ce comportement se manifeste généralement de la naissance aux 3 mois de l’enfant environ.


Un bébé qui fait des coliques a un comportement caractéristique qui accompagne les pleurs :

  • Il serre les poings et devient rouge.
  • Il raidit les jambes et son abdomen, ou replis les jambes contre son ventre.
  • Son ventre est dur et il a des gaz lorsque la crise survient.


Un bébé qui souffre de coliques est en bonne santé. Il ne vomit pas, n’a pas de fièvre, il boit bien et a un réflexe de succion normal. Si en apparence bébé n’est pas malade, de quoi peut-il alors bien souffrir pour crier ainsi ?


Qu’est-ce qui provoque les coliques du nourrisson ?

C’est la zone d’ombre en ce qui concerne les coliques du nourrisson. Les théories sont nombreuses, sans qu’on ne sache vraiment ce qui cause ces pleurs intenses. Il n’existe aucune cause organique (maladie par exemple) et l’enfant suit parfaitement sa courbe de développement. Ces pleurs sont normaux et sont l’expression normale du développement du nourrisson. Néanmoins, plusieurs facteurs peuvent en expliquer l’origine. L’immaturité biologique et psychologique du bébé est souvent mise en avant.


Bébé est en plein développement et souffre d’immaturité gastro-intestinale

Le fait que bébé remonte souvent les jambes sur son ventre pendant ces crises de larmes laisse penser que l’immaturité du système digestif serait en cause. L’intestin ne fonctionnant pas encore correctement, cela causerait des contractions douloureuses pour le bébé. C’est d’autant plus envisageable que les coliques cessent souvent en grandissant, autour des 3 mois de l’enfant.


De plus, l’intestin (du fait de son immaturité) absorberait mal les gras et les nutriments. Cela causerait une influence sur les bactéries qui s’y développent et créerait un dérèglement de la flore intestinale. C’est pourquoi certains médecins prescrivent des probiotiques en traitement des coliques du nourrisson. Cependant, rien ne permet aujourd’hui de certifier l’efficacité de cette approche sur les coliques.


Bébé est gêné par des gaz

La cause des coliques du nourrisson pourrait être une accumulation d’air dans l’estomac. C’est d’ailleurs pour cela que l’on trouve aujourd’hui dans le commerce des biberons anti coliques qui permettent au bébé de ne pas avaler d’air lorsqu’il boit son biberon. Si vous allaitez votre bébé, il n’en sera pas forcément épargné. En effet, un nourrisson qui tète vigoureusement le sein de sa maman peut avaler de l’air !


Cet air avalé causerait des irritations sur les terminaisons nerveuses. Cela aurait pour incidence de provoquer une sensation de douleurs et de fait, des pleurs de bébé. Pourtant, les bébés font leur rot après leur repas. L’air avalé devrait être expulsé.


Un problème de cardia…

Le cardia est la petite vulve qui relie l’œsophage à l’estomac. Son rôle est de laisser passer le lait, puis de se refermer pour éviter que l’aliment avalé ne reflue vers la gorge. Si cette vulve ne fonctionne pas correctement, l’enfant souffre de reflux gastrique.


Certains enfants souffrent de reflux sévères qui laissent apparaître des symptômes notables par le pédiatre. Si l’enfant a une forme légère de reflux, la quantité de lait refoulée sera peu importante. Dans ce cas, bébé aura une indisposition qui lui causera de la gêne qu’il manifestera par des pleurs. En revanche, cela sera difficile à identifier.


Pour les bébés à reflux important, il est recommandé de les faire dormir sur un plan incliné que vous mettez dans leur lit. Ils permettent de limiter les régurgitations, les reflux, et de diminuer les coliques de façon naturelle.


D’autres études montrent que les causes pourraient être toutes autres

Les causes des coliques du nourrisson pourraient n'avoir aucun lien avec son petit bidon. Comme il ne s’agit là que de pleurs « indéterminés », bébé pourrait seulement avoir besoin de crier. Ou tout simplement de réconfort.


L’angoisse du soir
génère souvent des pleurs inexpliqués qui peuvent durer longtemps. Bébé pourrait aussi tout simplement avoir besoin d’être rassuré et chercher le réconfort auprès d’un de ses parents.


Comment soulager les coliques du nourrisson ?

Il n’existe pas de traitement médicamenteux pour soulager les coliques du nourrisson. Néanmoins, il est possible de soulager bébé pendant les crises, avec des gestes simples. Chaque bébé est différent, ce qui fonctionne pour les uns, peut ne pas fonctionner pour d’autres. Voici quelques pistes à explorer.


Masser le ventre de votre bébé

Les massages « anti-coliques » peuvent atténuer les douleurs. Il convient de masser le ventre de bébé de bas en haut en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre. Ces petites douceurs lui feront du bien, et vous permettront par la même occasion de passer un moment calme et apaisant avec lui. Vous vous occupez de lui et l’enfant se tranquillise.


Vous pouvez aussi masser bébé avec un geste très simple : le porter en le couchant sur votre bras à plat ventre. Votre main est ainsi placée sur son ventre et les petits mouvements qui en découlent lorsque vous le bercez suffisent parfois à le soulager.


Consulter un ostéopathe

Une séance d’ostéopathie peut être bénéfique pour soulager les coliques du nourrisson. Les manipulations, très douces, aident à trouver les zones de tension dans les intestins. L’ostéopathie est une thérapie naturelle, qui vise à corriger certains déséquilibres et aide l’organisme à se réguler.

Souvent, une séance suffit pour constater une amélioration mais dans certains cas une seconde séance peut être nécessaire.


Lui donner quelque chose à téter

Chez les nourrissons, la succion est un vrai réconfort. Cela l’apaise. Lorsqu’il est en crise de colique, bébé cherche souvent à téter. Si ce n’est pas l’heure de son repas, veillez à ne pas l’alimenter. Le fait de téter pourrait le soulager momentanément, mais en réalité vous rentreriez dans un vrai cercle vicieux. Surcharger son estomac ne ferait qu’aggraver la situation. Bébé a besoin de digérer pleinement entre deux repas. Pour répondre à sa demande de succion en toute tranquillité, proposez-lui une alternative, comme une sucette-tutute par exemple.


Espacer ses repas

Pour ne pas surcharger son estomac, et risquer un inconfort, respectez bien un délai de 2 heures minimum entre chaque repas.


Du réconfort dans les bras des parents

La meilleure chose qui puisse apaiser votre bébé est de se sentir en sécurité dans vos bras. Si vous êtes adepte du portage, c’est à utiliser sans modération. C’est idéal pour vous libérer les mains et en plus, votre bébé sera dans une position physiologique qui lui fera du bien. Les jambes sont légèrement relevées et cela aide à lutter contre l’inconfort.


Le coucher sur le ventre sous surveillance

Parfois, le simple fait de coucher bébé sur un coussin le soulage. Le contact du coussin effectuera une légère pression sur son ventre pour l’aider à se sentir mieux. L’idéal est de le coucher à plat ventre sur votre coussin d’allaitement. Bébé aura les jambes et les bras de chaque côté du coussin, de la même façon que si vous le portiez sur votre bras.


Attention : veillez à garder bébé sous surveillance lorsque vous le couchez dans cette position. Ce n’est nullement une position dans laquelle vous devez le coucher pour dormir. Gardez cette option lorsqu’il est en crise, et restez à côté de lui pour l’apaiser.


Prendre soin de vous pour prendre soin de lui

Prendre soin d’un bébé qui souffre de coliques peut être extrêmement éprouvant. Les pleurs sont soutenus et peuvent durer longtemps. Bébé est souvent inconsolable et cela crée un sentiment d’impuissance chez les parents, qui se sentent souvent incompétents. Ne vous remettez pas en cause. Ce problème est répandu et surtout temporaire. N’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage pour prendre le relais, même en votre présence, pour prendre soin de votre bébé.


Faut-il consulter un médecin ?

Il est toujours préférable de consulter un médecin pour s’assurer que bébé ne souffre pas d’autre chose que de coliques du nourrisson.


Si les pleurs apparaissent dès les premiers jours de vie, augmentent au-delà de 8 semaines (et ne cessent pas après 3 mois), sont associés à des régurgitations ou à des vomissements, consultez votre médecin.

De même, si votre bébé a de la fièvre, des diarrhées (ou du sang dans les selles), ne dort plus ou ne s’alimente plus, prenez rendez-vous avec votre médecin.


Les coliques du nourrisson ne causent pas ces symptômes et votre bébé pourrait avoir besoin d’une aide médicale pour soigner un trouble plus ou moins urgent. Un nourrisson qui pleure beaucoup ne souffre pas nécessairement de coliques. Il est préférable de consulter un médecin pour éliminer un risque de maladie telle que le reflux gastro-œsophagien, une otite, une allergie ou une intolérance au lactose, une constipation grave ou encore une hernie inguinale.

 

Les pleurs de bébé font partie de son développement, mais il est toutefois important d’y porter attention et d’apporter un réconfort rapide à l’enfant. Le consoler et le porter répondra à ses besoins. Multiplier les tentatives pour le calmer pourrait également avoir pour effet d’énerver bébé davantage.

Faites preuve de patience et de douceur pour l’aider à se sentir mieux. Si la situation devient trop difficile à gérer, mettez votre bébé en sécurité et éloignez-vous un instant. Parfois ces quelques minutes passées à boire un verre d’eau suffisent à respirer un peu avant de trouver la solution (et la patience) pour l’apaiser !

Partager l'article'

Commenter l'article

Nom *
E-mail *
Commentaire *
Clé de sécurité (captcha) *

1 produit sur ce thème

à partir de 27,99 €